Croyances populaires sur la grossesse et l’accouchement dans la région des Marches

Croyances populaires sur la grossesse et l’accouchement dans la région des Marches

Les zones les plus riches en superstitions et recommandations de ce type semblent être celles de la région centre-sud, allant des phrases d’aversion, salutations, rites apotropaïques, jusqu’aux indications matérielles de comportement à tenir.

Retrouvez dans ce site les comparatifs des meilleures valises enfant.

La femme enceinte :
Commençons par un classique, la femme enceinte doit absolument satisfaire ses envies de nourriture, sous peine d’un enfant marqué à vie par des taches de peau révélant les sombres désirs des mères insatisfaites.

À cet égard, l’histoire la plus hilarante que j’aie jamais entendue à ce sujet évoquait une terrible envie d’un ” petit cochon “, avec beaucoup de poils, qui frapperait un nouveau-né à cause de sa mère misérable qui n’avait pas avalé un sandwich sain farci en temps voulu.

Elle doit faire attention aux fils torsadés, donc éloignez-vous des fils des appareils et des diverses ficelles emmêlées, de peur que le bébé naisse avec le cordon ombilical autour de son cou.

Elle est touchée au ventre, comme un bossu sur le dos, car cela porte chance. Habituellement, à Macerata, le geste est accompagné de la phrase’Nojenocia’ (ne lui faites pas de mal).

La forme du ventre indique le sexe de l’enfant à naître, mais ne me demandez pas comment, parce que je ne peux pas le faire, je ne me souviens d’aucune des prémonitions auxquelles j’ai été soumise.

La femme qui vient d’accoucher et l’enfant
Le bébé est nouveau-né et vous êtes toujours à l’hôpital.

Peut-être l’admirez-vous extatiquement après l’avoir placé un instant dans la crèche… un parent arrive et étire un centime, qui se glisse rapidement sous le matelas, accompagnant le geste de la phrase rituelle ” E’pe’ lu su suonn’ ” (le dialecte est typique d’un sujet qui vient de la partie inférieure de la Marche).